Apéro Coup d’Bol #6 – le 5 juin 2018
20 juin 2018

Apéro Coup d’Bol #6 – le 5 juin 2018

Sujet :

Comment changer d'échelle sans changer de valeurs ?

Intervenant :

Julien-Boris PELLETIER, directeur général du Moulin Marion

Pour notre dernier apéro Coup d’Bol du mardi 5 juin 2018, c’est Julien-Boris PELLETIER, directeur général de Moulin Marion que nous avons accueilli, comme d’habitude, à Boulang’ & Patiss’. Il est venu témoigner de son histoire, partager son expérience  professionnelle  et nous éclairer sur le développement de son entreprise. En effet, cette organisation a connu un fort essor mais a su conserver ses valeurs et se différencier face aux concurrents : la production de farines biologiques.

Le Moulin Marion, toute une histoire…

Le Moulin Marion, à l’origine, c’est une histoire de famille mâconnaise ! Au commencement, en 1917, Célestin MARION reprend le moulin et lui donne son nom. S’en suit une lignée de descendants récupérant cette affaire. Puis, en 1984, c’est l’arrière petit-fils du premier meunier, Michel PELLETIER,  qui prendra le relais accompagné de son épouse, Maria. Par la suite, le couple inscrira dans l’histoire du moulin une démarche stratégique responsable en se lançant dans l’agriculture biologique. Au bout de 33 années, le Moulin Marion tient toujours ses engagement de qualité.

Des valeurs partagées partagées par une famille : la reprise par l’héritier

Julien-Boris PELLETIER, passionné d’aéronautique depuis son plus jeune âge, reprend l’affaire familiale à l’âge de 28 ans. Lorsque ses parents reprennent l’affaire, le Moulin compte 6 employés. Or, aujourd’hui, ce nombre s’élève à plus de 40 personnes, avec une progression annuelle de leur chiffre d’affaires de 30% environ. C’est ainsi, une entreprise qui a le vent en poupe même si, comparée avec des moulins conventionnels, leur production reste relativement modeste.

Dans les échanges de notre apéro, Julien-Boris nous a fait part de quelques réflexions liées au changement d’échelle:

  • L’importance de la réinjection des recettes dans son entreprise pour s’adapter à cette constante évolution. Il parle notamment de renouveler ou d’améliorer les outils de transformation
  • Savoir déléguer au sein de l’équipe et sous-traiter pour pouvoir garder à l’œil ses objectifs et conserver ses valeurs
  • Adopter une stratégie de différenciation et innover : couplage des cultures, création d’une gamme sans gluten, culture de la graine de courge
  • Privilégier le dialogue et la formation des salariés
  • Établir un lien de confiance avec ses fournisseurs et acheteurs pour créer des partenariats durables et profitables pour le territoire

Par Le Bol